Le dernier rapport du Secrétaire général de l’ONU au Conseil de sécurité salue les avancées des femmes en Afghanistan, fait le point sur la situation du pays et ses implications sur la paix et la sécurité dans le monde.

« Pour être durable, la paix doit être fondée sur un large consensus. Les femmes doivent participer pleinement au processus de paix et les droits humains de tous doivent être garantis. »

Alors que la place des femmes et leurs droits ont été réaffirmés au cours de la réunion consultative sur le processus de paix dirigée par M.  Idris, ministre-adjoint des Affaires étrangères, qui s’est tenue en présence de M. l’ambassadeur Markus Potzel, représentant spécial du gouvernement fédéral allemand pour l’Afghanistan ainsi que des représentants des femmes et des militants de la société civile, le dernier rapport trimestriel du Secrétaire général de l’ONU, António Guterres, sur la situation en Afghanistan et les activités des Nations Unies vient d’être publié et doit être débattu mercredi 19 juin par le Conseil de sécurité des Nations unies.

Développements politiques, sécurité, coopération régionale, droits humains, coordination de l’assistance au développement, assistance humanitaire et réfugiés, lutte contre les stupéfiants ; le rapport fait le point sur les avancées de l’Afghanistan et les efforts à accomplir dans un cadre de coopération nationale et internationale. Il salue les progrès accomplis par les femmes dans leur participation au processus de paix et l’engagement actif du gouvernement auprès des partenaires régionaux ainsi que son implication en faveur de la connectivité régionale en tant que fondement de la coopération économique. « La croissance est très encourageante, écrit M. Guterres. J’appelle tous les voisins de l’Afghanistan à saisir ces occasions de coopération et à faire leur part pour bâtir un avenir prospère et pacifique. » Relevant « le message fort pour la paix » de la Conférence ministérielle sur l’Afghanistan de 2018 à Genève, le Secrétaire général de l’ONU estime que l’édification d’un État et un développement impulsé par des réformes se renforcent mutuellement et sont indispensables. « Ces éléments sont essentiels, ajoute-t-il, pour atteindre les niveaux de croissance susceptibles de générer des opportunités pour la population croissante du pays et de renforcer un accord de paix. »

Guterres a également salué la tenue de la grande réunion consultative destinée à forger un consensus national sur la paix ainsi que le dialogue intra-afghan espéré par le gouvernement, qui devait inclure des représentants du gouvernement et des Taliban, malheureusement reporté. Le Gouvernement, souligne-t-il également, a accéléré ses efforts de lutte contre la corruption et pris des mesures en ce qui concerne les réformes du secteur de la justice. « Garantir l’intégrité et la responsabilité des institutions gouvernementales est essentiel à leur performance et à leur légitimité. » Soulignant les mesures importantes prises par le gouvernement pour faire progresser son programme de gouvernance locale, d’administration publique et de lutte contre la corruption, notamment en renforçant les mécanismes de poursuites pour corruption, le Secrétaire général relève qu’il reste essentiel de consolider la structure institutionnelle des organes de lutte contre la corruption et de permettre à la nouvelle Commission de fonctionner de manière indépendante.

Le texte complet du rapport : https://unama.unmissions.org/sites/default/files/sg_report_on_afghanistan_-_english_-_14_june_2019.pdf?fbclid=IwAR3WIpjmP71wS7iEYPp3G7NzBqjQdMomrx7m30n4PNS0lxqsXgH3eSqJvhU