« Welcome to Pâristân », une plongée au cœur du Little Afghanistan parisien

Dans le cadre de la journée d’étude sur les migrations afghanes qui s’est tenue à Sciences Po, le film de Mohammad Reza Sahibdad était présenté par le réalisateur et l’actrice Sediqa Dawlat  

Dans « Welcome to Pâristân », le réalisateur Mohammad Reza Sahibdad expose au spectateur la trajectoire d’Afghans, hommes, femmes et adolescents, qui ont quitté leur pays pour trouver refuge en France. Ce film est l’histoire d’une rencontre, celle de personnes en quête d’une nouvelle vie et d’un pays dont elles ont pour la plupart une vision idéalisée, parfois romantique. Cette rencontre prend autant de formes différentes qu’elle compte d’acteurs. Sediqa, Latif, Gholam ou encore Esmat Ali suivent chacun un chemin différent et abordent ce nouveau pays chacun à sa façon. Naviguant constamment entre la perception du pays d’accueil et celle de la terre mère, Mohammad Reza Sahibdad explore habilement le sentiment de tiraillement qui semble habiter ses personnages.

Indirectement, il s’agit aussi d’un film sur la France et sur les Français. L’histoire oppose agents administratifs pointilleux et citoyens lambdas qui accueillent chez eux, comme l’un des leurs, un réfugié afghan. A l’image de Gholam accueilli par une famille bretonne avec laquelle il passera noël et partagera sa passion pour la cuisine. Et la magie de la rencontre opère…

Mais ce film est avant tout un film sur les Afghans et l’Afghanistan qu’ils s’appliquent à recréer dans leur exil. Il nous immerge dans des réunions politiques en faveur de la paix et s’amuse de l’obsession de leurs organisateurs pour la sécurité qui dénote une volonté de faire « à l’afghane ». Il nous plonge au cœur des célébrations de l’Ashoura, durant lesquelles les fidèles rivalisent d’ardeur pour prouver leur dévotion à l’imam Hussein. Mohammad Reza Sahibdad entraîne le spectateur dans les coulisses de l’exil, dépassant les aspects politiques qu’il en connaît.

Malgré le manque de moyens flagrant et assumé par le réalisateur, « Welcome to Pâristân » est un film d’une grande finesse et d’une qualité cinématographique certaine, passant avec tact de l’élégance à l’émotion crue.

Le film se termine sur le rassemblement des Afghans de Paris place de la République pour commémorer le lynchage de Farkhunda, jeune étudiante en sciences islamiques, emportée par la barbarie et la cruauté de ceux qui n’ont que la violence pour s’exprimer.

Une projection du film aura lieu le jeudi 5 juillet á 17h au 12 rue d`Assas (Merto Rennes, ligne 12)

Photo Jean-Baptiste Caffard. Sur la droite, l’actrice Sediqa Dawlat, le réalisateur Mohammad Reza Sahibdad. Au centre, Pascal hanse, directeur de l’Institut français de Kaboul.

https://www.youtube.com/watch?v=5Mv_ZKQo1iQ