Une conférence pour soutenir les progrès de la santé en Afghanistan

« La santé et le bien-être pour tous, à tous les âges, à l’horizon 2030 ». C’est l’objectif que poursuivent et ont fermement rappelé les participants à la septième conférence scientifique annuelle de l’Hôpital français de la Mère et de l’Enfant (IMFE)* qui s’est tenue samedi 8 août. Le ministre de la Santé, Dr Ferozuddin Feroz, des médecins, infirmiers et experts des politiques publiques, le réseau Aga Khan de Développement (AKDN), l’université Aga Khan et La Chaîne de l’Espoir ont discuté des mesures capables d’avoir un effet à la fois immédiat et durable sur la santé en Afghanistan.

Avec les Objectifs de Développement pour le Millénaire 2015 (MDGs), des progrès ont été accomplis pour allonger l’espérance de vie, faire baisser les taux de maladie et de mortalité, développer l’hygiène et l’accès à l’eau potable, combattre malaria, tuberculose, polio et sida. Pourtant, d’importants efforts doivent encore être faits pour assurer santé et bien-être à tous. 97 enfants sur 1000 meurent avant d’atteindre l’âge de cinq ans, et toutes les deux heures une femme succombe pour des causes liées à sa grossesse. Infections, maternité, naissances pathologiques et malnutrition représentent plus de 50% des décès et des invalidités dans le pays.

La santé est indispensable à chacun de nous, a insisté le Dr Feroz. Elle est aussi étroitement liée à l’attention qui lui a été accordée à tout âge de la vie. Il faut donc appréhender la qualité des soins et la qualité de vie comme un ensemble. Le docteur Jose Uroz Tristan, chef de la chirurgie pédiatrique a souligné pour sa part, l’importance de la chirurgie et du développement des interventions réalisées à temps. Outre les innovations en matière de chirurgie et de médecine, 128 projets ont été présentés dans des domaines aussi variés que la maternité, la néo-natalité, la santé des enfants, les évolutions récentes de la médecine et les progrès de la recherche, la qualité des soins médicaux et infirmiers, la sécurité des patients.

Pour le docteur Eric Cheysson, président de La Chaîne de l’Espoir, une manifestation comme cette conférence scientifique permet de reconnaître la contribution des chercheurs à l’amélioration de la santé et du bien-être des Afghans.

Le soutien de la France et du Canada à la FMIC dans ses efforts pour donner aux Afghans des services de santé de qualité a été confirmé par Pascal Hanse, chef de la section coopération à l’ambassade de France et François Rivest, Premier Conseiller à l’ambassade du Canada.

*L’Hôpital français de la Mère et de l’Enfant (IMFE) est le fruit d’un partenariat public-privé entre le gouvernement d’Afghanistan, la France, l’ONG française La Chaîne de l’Espoir et le réseau Aga Khan de Développement (avec le soutien du gouvernement canadien). Il est co-géré par La Chaîne de l’Espoir qui apporte son expertise et son expérience en matière de formation médicale et paramédicale, et le Réseau de Développement Aga Khan, qui en assure le fonctionnement et la prise en charge du personnel. C’est le premier hôpital en Afghanistan à réaliser des opérations à cœur ouvert ou fermé, pratiquées par des équipes de chirurgiens locaux. La première unité de soins néo-natals a été ouverte en novembre 2016. La nouvelle unité a contribué à améliorer de façon considérable la qualité de soins et d’infrastructure pour les femmes et les enfants en Afghanistan.