En passant

Les grandes avancées de l’éducation en Afghanistan et les pistes de progrès

Un rapport sur l’éducation en Afghanistan tout juste publié par l’UNESCO, Les trois piliers du plan éducation de l’Afghanistan, salue les « immenses pas accomplis par l’Afghanistan depuis la chute des talibans ». Les trois clés pour pérenniser ces avancées, souligne le rapport, sont la qualité et la pertinence de l’éducation, un accès équitable et une gestion efficace et transparente. 

Le taux d’admission a été multiplié par 9, il est passé de 1 million d’enfants en 2001 à plus de 9 millions en 2016. Le nombre d’écoles a bondi de 3 400 à 16 400, le recrutement de professeurs est devenu une priorité absolue, 39% des écoliers sont maintenant des écolières (elles étaient moins de 1% pendant les années taliban), « Elles sont plus nombreuses que jamais » se félicite l’UNESCO.
Ce qui n’empêche que les défis restent importants. « En Afghanistan, les enfants déscolarisés sont une urgence en eux-mêmes, une question distincte des questions de sécurité ou des catastrophes » exposait Abdul Wassay Arian, directeur général du Planning et de l’Evaluation au ministère de l’Education lors de sa visite en 2017 à l’UNESCO. Trois millions et demi d’enfants sont encore déscolarisés, dont 75% de filles.
Le ministère travaille sur le renforcement d’un programme solide et pertinent qui offre une éducation de qualité tout en délivrant les compétences qu’attend le marché du travail. En termes d’accès équitable, la priorité est de déterminer quels sont les enfants exclus de l’école, et pour quelles raisons. Pour certains, la sécurité ou/et la distance entre leurs domiciles et l’établissement le plus proche est un vrai problème. Pour réduire la fracture humanitaire et de développement, le ministère préconise de multiplier les espaces provisoires d’enseignement, l’apprentissage en milieu communautaire et les classes de rattrapage. Un autre défi important est d’attirer et de retenir les femmes professeur, particulièrement dans les zones rurales, pour soutenir l’effort du pays en faveur de l’éducation des filles. L’ensemble repose sur un management efficace et transparent, ce qui impose une réforme structurelle qui va permettre au ministère de l’Education de s’appuyer sur les résultats et les compétences.
L’allocation plus équitable des ressources est la clé pour faire disparaître les énormes disparités qui perdurent entre les zones urbaines et rurales. Une meilleure gestion qui vise à renforcer le secteur entier de l’éducation – de l’administration à la salle de classe – inclura l’enjeu majeur de la corruption.
Pour lire l’article « Les trois piliers du plan Education de l’Afghanistan » sur le site de l’UNESCO : www.iiep.unesco.org/en/3-pillars-afghanistans-education-plan-4379