Toute une nation pleure le docteur Nakamura, tué mercredi 4 décembre dans un attentat

De multiples et profonds hommages ont été rendus en Afghanistan, au Japon et en France après l’assassinat du docteur Tetsu Nakamura, 73 ans, tué mercredi dans un attentat à Jalalabad, avec cinq de ses gardes et collaborateurs.

A l’aéroport international Hamid Karzai, le Président Mohammad Ashraf Ghani a salué, avec une infinie reconnaissance et beaucoup de respect, la mémoire du Dr Tetsu Nakamura qui devait être rapatrié au Japon.  Il avait auparavant reçu, en compagnie de la Première Dame et du conseiller à la sécurité nationale Mohib, l’épouse et la fille de l’humanitaire, déclarant notamment : « La perte du Dr Nakamura est une tragédie dévastatrice, et toute la nation afghane pleure sa disparition ».

A Paris, à Kaboul et dans d’autres provinces, dont Nangarhar et Parwan (nord de Kaboul), des Afghans ont organisé des veillées funèbres à la mémoire de ce médecin qui avait consacré sa vie à aider les malades et les agriculteurs dans l’est de l’Afghanistan. Le Président Ghani, qui lui avait donné la nationalité afghane en octobre, l’a salué comme «l’un des plus proches amis de l’Afghanistan». Le Dr Nakamura travaillait dans le Nangarhar, région frontalière avec le Pakistan, depuis près de 30 ans. Il avait fondé Peace Medical Services (PMS), qui après l’aide médicale et la création de cliniques s’était spécialisée dans l’irrigation, permettant de cultiver de grandes étendues arides du Nangarhar grâce à la construction de tout un réseau de canaux dans le district de Khiwa, à 13 km au nord de Djalalabad. Le canal Marwarid permet d’irriguer plus de 16 000 hectares de terres et bénéficie à près de 600 000 habitants. « J’aime voir un village ramené à la vie », confiait récemment le septuagénaire à des journalistes.

« La profonde compréhension de l’Afghanistan et de son peuple, accompagnée de sa compassion envers les pauvres, l’a élevé au rang d’éminent symbole de l’humanité parmi les Afghans » a déclaré le Président. Il a ajouté qu’il avait donné des directives aux forces de défense et de sécurité pour arrêter les auteurs et les traduire en justice.

La France a condamné « avec la plus grande fermeté » l’attaque ayant visé mercredi à Jalalabad les travailleurs humanitaires, dans laquelle le docteur Tetsu Nakamura ainsi que cinq Afghans ont trouvé la mort.

Elle a présenté ses condoléances aux familles et proches des victimes ainsi qu’aux autorités japonaises et afghanes et rappelé l’impératif de protection des personnels humanitaires et des personnels de santé.