Eutelsat va déployer un satellite en Afghanistan

Un accord vient d’être signé à Kaboul entre le Ministère des Télécommunications et de la Technologie de l’Information et Eutelsat (Paris) en vue de déployer un satellite pour permettre à l’Afghanistan d’améliorer l’infrastructure des télécommunications, la diffusion télévisée et les connexions avec l’extérieur. L’opérateur va mettre à disposition un satellite à 48o Est à compter de février, baptisé « AFGHANSAT 1 ».

Manifestation à la mémoire des victimes

Kaboul était témoin d’une manifestation de centaines de personnes à la mémoire des victimes d’attaque suicidaire du 17 janvier. Dans cette attaque suicidaire au restaurant la Taverne du Liban vingt et une personnes ont perdu la vie dont le haut représentant du FMI en Afghanistan. Le président Karzai a condamné dans les termes très forts cette attaque ignoble et a dit que nous  devons tous agir sur les endroits où se trouve des terroristes pour cesser ces actes à leur source. M. Daoudzai, Ministre de l’intérieur, a immédiatement suspendu les trois officiers de la police responsables de la zone de sécurité no 10 en attendant le résultat de l’enquête en cours sur cette attaque. A cette occasion, il a dit que cet événement tragique montre que  la signature ou non de BSA n’a aucune influence sur les terroristes et souhaite accélérer le processus de conclusion de cet accord de sécurité mettant un terme à la confusion qui règne actuellement concernant sa signature. Il s’est dit convaincu que le Président a la ferme volonté de le conclure.

La commission mixte politico-militaire

Conformément au Traité d’amitié et de coopération signé entre l’Afghanistan et la France le 27 janvier 2012, la première session de la commission militaire s’est tenue à Paris mercredi 8 janvier. S.E. M. Bismillah Khan, Ministre de la Défense a eu un entretien avec S.E. Jean-Yves Le Drian, Ministre de la Défense et ils ont inauguré la première session de la Commission en soulignant les relations historiques qui unissent l’Afghanistan et la France. Ils ont par ailleurs rappelé les liens étroits entre les armées de nos deux pays dans la lutte contre le terrorisme ainsi que la participation de la France dans la formation et dans le renforcement des capacités de l’armée afghane qui allait se poursuivre.

S.E. M.Bismillah Khan a également eu un entretien avec l’Amiral Edouard Guillaud, Chef d’état major des armées. Le Ministre a évoqué la reconstruction des forces armées et la situation sécuritaire de l’Afghanistan à l’approche des élections présidentielles et a souligné l’importance que l’Afghanistan accorde à ses relations politiques et stratégiques avec la France. La délégation afghane était composée de S.E M. Bismillah Khan, Ministre de la Défense, S.E. Dr Omer, ambassadeur de la R.I. d’Afghanistan en France, Général Akramyar, vice-directeur du département des Affaires stratégiques et politiques au Ministère de la Défense, M. Ghiassi, Vice-directeur de la Division IV Europe au Ministère des Affaires Etrangères, M. Zia Rashidi, Bureau du ministre et M. Peerzada, troisième secrétaire, Ambassade de la R I. d’Afghanistan à Paris.

Conférence à l’Ecole militaire

Une conférence a été organisée par l’association de l’IHEDN, en collaboration avec CFA et IPSE, en l’honneur de S.E M. Bismillah Khan, le mercredi 8 janvier, de 17:30 à 19 h.

Rencontre entre le Président Karzai et le Prince Agha Khan

Le Président Karzai a reçu le Prince Agha Khan au Palais Arg. Le Président a exprimé son appréciation sur les actions menées par le réseau de développement Agha Khan en Afghanistan, dans les domaines de l’éducation, la santé, la culture et autres domaines.

Le Prince a remercié pour l’occasion qui lui a été donné pour mener à bien ces actions et a dit que la coopération va continuer en Afghanistan.

Le Président a invité le Prince à venir participer à Kaboul à la célébration de la nouvelle année le 21 mars 2014. A cette occasion, les chefs d’Etats de plusieurs pays de la région seront invités à Kaboul.

La carte d’identité électronique en Afghanistan

Lundi 16 décembre un groupe d’afghans résidant à Paris a manifesté devant l’ambassade d’Afghanistan à Paris. Le slogan qu’il affichait visait à défendre le projet du gouvernement sur la carte d’identité en Afghanistan. Cette manifestation s’est déroulée dans le contexte de la mise en place par le gouvernement d’un système ultra moderne de carte d’identité électronique. Le procédé de fabrication est à ce jour achevé. Après de long mois de débat au Parlement afghan, celui-ci a approuvé le contenu de l’ensemble des informations devant figurer sur la carte d’identité. La décision finale prévoit que soit mentionné la nationalité afghane, le prénom et le nom de la personne, le nom du père, l’adresse du domicile ainsi que la date de naissance. La notification de l’ethnie, l’origine de la province de la personne et sa religion seront consignées dans une base de données, ce qui n’est pas sans susciter de vives polémiques. Le groupe d’afghans a remis à l’Ambassadeur une résolution insistant sur la mention « Afghan » sur la carte en question, afin de préserver l’unité nationale.

L’Afghanistan devient membre de l’Union Internationale des Chemins de Fer

Pour la première fois, l’Afghanistan a participé, jeudi 12 décembre, à l’assemblée générale de l’UIC qui s’est tenue à Paris. L’adhésion de l’Afghanistan à cette organisation mondiale du transport ferroviaire, comprenant pas moins de 240 membres répartis sur cinq continents a été approuvée à l’unanimité. La délégation afghane amenée par S.E. Dr Assad Omer, ambassadeur d’Afghanistan à Paris, était composée notamment de Mr Yama Yaris, ingénieur et conseiller de l’Autorité des Chemins de Fer d’Afghanistan. Malgré les quelques dix mille kilomètres de routes asphaltées construites et les immenses progrès réalisés en matière de transport, il est indispensable de poursuivre la construction des chemins de fer afghans. Cette activité ferroviaire s’avère indispensable au développement économique du pays permettant des connections avec les pays de la région. L’ambassadeur Omer dans son allocution de remerciement a souligné que l’Afghanistan avait déjà dans les années 10 construit un court chemin de fer et c’est seulement dans les années 70 qu’une étude compréhensive a été entreprise en coopération avec la France. Les événements tragiques dont l’Afghanistan a été victime n’ont pas permis d’aller plus loin dans la mise en œuvre de l’étude. Les années 2000 ont vu la création d’une autorité et l’élaboration de projets ambitieux. Nous sommes déterminés à retrouver notre place dans la route de la soie reliant l’Extrême-Orient, l’Asie Centrale, l’Asie du Sud, le Moyen-Orient et l’Europe. L’UIC nous apportera une coopération précieuse. L’autorité des chemins de fer en tant que membre pourra bénéficier des expertises et de la formation dont a parlé le directeur général Mr Loubinoux.