Des entreprises indiennes vont investir 12,5 millions de dollars dans la santé publique afghane

Le Dr Abdullah Abdullah a rencontré dimanche des entrepreneurs indiens, venus à Kaboul pour signer quatre contrats d’une valeur de 12,5 millions de dollars avec des chefs d’entreprises afghans en matière de santé publique, établissant des cliniques de diagnostic et formant des cadres locaux.
Une réunion avait préalablement eu lieu à Mumbai en Inde au cours de laquelle plusieurs accords avaient été signés avec des  entrepreneurs afghans et à laquelle assistait le Chef exécutif. Les représentants des sociétés ont remercié le Dr Abdullah, le gouvernement afghan et le gouvernement américain pour le développement international qui créé a ouvert la voie aux échanges commerciaux entre les commerçants des deux pays.

Extrait de l’allocution du président Mohammad Ashraf Ghani à la 7ème Réunion Mondiale de Bakou

« Nous, Afghans, voyons notre avenir en tant qu’initiateurs, participants et bénéficiaires ultimes de la coopération et des opportunités régionales et mondiales ».

« En tant que président d’un État aux priorités multiples qui exigent une attention simultanée à tous les niveaux, je me suis souvent inspiré d’un concept enseigné dans le monde des affaires : le concept d’interdépendance. L’idée est d’aborder les problèmes de manière réciproque ou simultanée, car ils sont interdépendants.

Il est impératif de parvenir à un accord sur la définition d’un nouvel ordre mondial. Cela nous oblige à faire face à la simultanéité et à la complexité des problèmes mondiaux. Si nous donnons la priorité à un problème plutôt qu’à un autre, le problème que nous négligeons maintenant nous reviendra bientôt pour nous hanter.

Pour gérer l’interdépendance, premièrement, les approches en matière de politique étrangère doivent comprendre et gérer les réseaux et les entreprises en jeu dans le monde entier, réseaux vertueux et réseaux destructeurs.

Deuxièmement, la quatrième révolution industrielle nécessite une gestion active, car elle est de fabrication humaine mais pas de conception humaine. L’avenir est l’automatisation et la numérisation, et si nous ne l’utilisons pas pour créer des opportunités et de l’emploi, nous en subirons les conséquences avec une augmentation du chômage de masse et serons confrontés à un fossé encore plus grand entre égalité et inégalité. Une telle réaction aurait un impact négatif sur la sécurité mondiale.

Troisièmement, les approches de politique étrangère devront mettre l’accent sur la coopération plutôt que sur la confrontation. Il n’y a pas de problème – de la sécurité à la migration et au commerce – qui n’exige pas de coordination entre les États et les sociétés.

La tâche critique est de rendre l’étranger familier. Passer de la politique étrangère à la politique des partenaires est un parcours conceptuel différent qui doit être entrepris par les hommes d’État et les femmes d’aujourd’hui.

Nous devons réfléchir à sa définition opérationnelle et à ce qui nous est demandé, en tant que dirigeants et gestionnaires, pour la caractériser. Cela n’a pas fait l’objet d’une attention et d’un débat suffisants.

Nous devrions déléguer cette tâche à un groupe de dirigeants pour qu’ils réfléchissent sérieusement aux approches, et le Forum de Bakou est un canal privilégié. Des solutions partielles, aussi brillantes et importantes soient-elles, risquent de provoquer un désalignement. Nos solutions doivent prendre en compte l’interdépendance des problèmes mondiaux concurrents grâce à un pragmatisme fondé sur des principes.

Si nous comprenons le problème de l’interdépendance, la tâche de la gestion des crises passe de la définition des règles du jeu à la prévisibilité. L’incertitude serait alors remplacée par un nouvel horizon de stabilité.

La tâche centrale est donc de définir de nouvelles règles, puis de passer à ces nouvelles règles.

Dans les années 1950, après la Seconde Guerre mondiale, un nouvel ordre mondial n’a été créé que pour la moitié du monde. Aujourd’hui, la tâche consiste à créer un ordre mondial véritablement mondial. Aujourd’hui, les dirigeants doivent concevoir et mettre en œuvre à la fois une vision nationale, mais aussi une vision globale, qui nécessite un nouveau niveau d’effort, d’imagination et d’équilibre.

Il existe deux exemples principaux de la manière dont l’incertitude a été traitée au XXe siècle. Le premier était la manière dont l’Europe avait trouvé son chemin dans une guerre mondiale en 1914. Christopher Clark soutient que «les protagonistes de 1914 étaient des somnambules, vigilants mais non voyants, hantés par des rêves, mais aveugles à la réalité de l’horreur qu’ils étaient sur le point de provoquer dans le monde.

Keynes, en 1919, affirmait que le traité de paix ne prévoyait aucun ajustement « aux systèmes du vieux monde et du nouveau », prédisant donc que « de grandes privations et de grands risques pour la société étaient devenus inévitables ».

En revanche, la diplomatie américaine dans les années 50 s’est montrée totalement  créative et imaginative. La plupart de nos institutions mondiales aujourd’hui, y compris les institutions de Bretton Woods, l’ONU et l’Organisation mondiale du commerce, sont le résultat des efforts de cette période. Le plan Marshall (programme américain de prêts accordés aux différents États de l’Europe pour aider à la reconstruction des villes et des installations bombardées lors de la Seconde Guerre mondiale) était véritablement le résultat des leçons tirées, une compréhension pratique des avertissements de Keynes.

Nous devons à nouveau être créatifs et imaginatifs si nous voulons que le XXIe siècle appartienne à l’humanité tout entière. Notre interdépendance indéniable rend les règles partielles et les solutions impraticables: ceux qui se sentent délaissés par celles-ci le contesteront naturellement, peut-être violemment et de manière destructive.

Les hommes d’État et les femmes d’aujourd’hui ont deux options: 1) nous pouvons dormir sans bouger en pensant aux crises imminentes du futur, ou 2) mobiliser l’imagination et la créativité nécessaires pour développer un nouvel ordre mondial, un système qui fusionne notre vision nationale avec les préoccupations régionales et  globales, dans l’esprit de l’humanité.

Ces réflexions émanent de mes tâches quotidiennes. En Afghanistan, nous avons eu le malheur d’être le site de forces destructrices. Nous avons été le site de l’invasion soviétique dans les années 1970 et de la planification des attentats d’Al-Qaïda le 11 septembre. Nous avons également été la cible d’attaques de réseaux terroristes transnationaux et d’une base opérationnelle pour des organisations criminelles transnationales empoisonnant le monde avec de l’héroïne.

D’autre part, notre longue réputation historique a toujours été celle d’un rond-point, d’un lieu où les idées, les biens et les peuples ont librement circulé.

Nous souhaitons une fois de plus transformer notre emplacement central au cœur de l’Asie en une plateforme de coopération régionale et mondiale. L’Afghanistan représente une opportunité pour la région et le monde, pour une multitude de problèmes interdépendants liés au commerce, à la sécurité et à la croissance économique.

Mais cela nécessite une approche créative et imaginative. Les Afghans, en particulier les 75% de moins de 35 ans, sont désireux de s’engager dans un ordre mondial où la guerre et la pauvreté peuvent être surmontées. Nous, Afghans, ne voyons pas notre avenir dans les manifestations matérielles de notre malheur, ni même dans les limites de notre propre vision du développement national, mais plutôt en tant qu’initiateurs, participants et bénéficiaires ultimes de la coopération et des opportunités régionales et mondiales.

Par conséquent, le thème de cette conférence n’est pas une notion abstraite pour nous, mais une question vitale pour notre avenir.

Permettez-moi de conclure en remerciant le Président Aliyev d’avoir organisé cet important forum, d’avoir participé à la sécurité en Afghanistan et en particulier d’avoir inauguré la route du lapis-lazuli, les coprésidents et le conseil d’administration pour avoir mis l’accent sur un problème vital de notre temps. Je voudrais également remercier le peuple et le gouvernement de l’Azerbaïdjan pour leur expression de la célèbre hospitalité azérie. »

Publication du Décret présidentiel sur la Loya Jirga consultative pour la paix Elle s’ouvrira le 29 avril 2019

Alors que le président Mohammad Ashraf Ghani a nommé M. Umer Daudzai à la présidence de la commission d’organisation Loya Jirga, le décret présidentiel la concernant a été publié mardi 12 mars.

« Pour entendre, utiliser et respecter les consultations, visions et analyses de représentants du peuple de toutes les couches de la société, en cherchant un moyen de résoudre et d’accélérer les pourparlers de paix, la Loya Jirga consultative pour la paix est organisée. La Jirga sera une grande opportunité nationale pour que les représentants des peuples de tout le pays puissent débattre des principales questions suivantes dans un environnement ouvert et amical:
1. Limite et cadre des pourparlers avec le groupe des talibans.
2. Introduction et modalité de réalisation de la paix.
Sur la base des visions de représentants du peuple, les dirigeants de la République islamique d’Afghanistan codifieront et finaliseront le cours et la politique de paix et les pourparlers et feront des efforts pour utiliser tous les moyens et ressources nationaux et gouvernementaux afin de le mettre en œuvre. Pour l’exécution de cette instruction islamique et nationale, le chef du secrétariat du Haut Conseil de la paix, Mohammad Omar Daudzai, a été nommé chef de la commission de convocation pour la tenue de la Loya Jirga consultative pour la paix ; par conséquent, il est chargé de collaborer étroitement avec toutes les institutions gouvernementales à cet égard.
1. La commission devrait organiser la Loya Jirga consultative pour la paix le 29 avril 2019.
2. Le ministère des Finances (MdF) est tenu de prendre en charge les dépenses financières de la Jirga conformément à la suggestion de la commission correspondante du code (91).
3. Les ministères de l’éducation, de l’enseignement supérieur, des frontières et des affaires tribales, du hajj et des affaires islamiques, des affaires féminines, des réfugiés et des rapatriés, la direction indépendante de la gouvernance locale, la municipalité de Kaboul et toutes les institutions sont chargés de fournir la coopération nécessaire à la Commission. »

Parallèlement au Village international de la gastronomie, le « Gourmand World Summit » à la Maison de l’Unesco du 20 au 22 mars Il présentera plus de 2000 livres gastronomiques, de l’Afghanistan au Zimbabwe.

En synergie avec le village de la gastronomie, la Maison de l’UNESCO accueille du 20 au 22 mars 2019 le Gourmand World Summit, congrès international réunissant les principaux auteurs, éditeurs, chefs, universitaires, photographes,  journalistes, agents, designers, représentants nationaux ou    régionaux d’offices du tourisme, ministères        de la culture, et de manière générale, tout acteur de la culture gastronomique souhaitant rencontrer ses homologues internationaux.

A la manœuvre, Edouard Cointreau et son réseau de Gourmand International, organisateur des Gourmand World Cookbook Awards depuis 1995 et coorganisateur des quartiers gastronomiques des foires du livre de Francfort et de Pékin. Il a sélectionné les meilleurs livres gastronomiques du monde, plus de 2 000 ouvrages par ordre alphabétique, de l’Afghanistan au Zimbabwe.

À ce jour, plus de 190 pays ont participé à cette compétition gratuite, qui récompense la qualité des ouvrages sans favoriser le prestige ou la renommée de ses auteurs. C’est ainsi qu’un vaste réseau s’est constitué, mêlant chefs, auteurs, éditeurs, photographes, vignerons, ministères, producteurs et journalistes. À l’occasion du Gourmand World Summit 2019 à la Maison de l’UNESCO, ce réseau se réunira pour échanger sur les projets éditoriaux et culturels des prochaines années, et viendra fêter l’amitié entre les peuples et leurs cuisines au Village International de la Gastronomie.

Le prix a été remporté en 2016 par le livre « With Our Own Hands »  qui propose  100 recettes des montagnes du Pamir, à cheval entre l’Afghanistan et le Tadjikistan. Richement illustré, le recueil associe l’ancien patrimoine écologique, agricole et culturel de la région. Et l’on découvre que le seigle serait originaire des montagnes du Pamir qui abritent une grande variété de noix, de pommes, de poires, d’abricots, de mûres et plus de 150 variétés de blé.

Chaque recette contient un historique des cultures, des rituels et des traditions du peuple Pamiri, de leurs paysages, de leurs techniques agricoles et de leurs connaissances anciennes en matière de biodiversité et d’écologie. Cette connaissance malheureusement en train de disparaître à mesure que les jeunes générations quittent la région.

Le livre est écrit en trois langues: anglais, dari et tadjik. C’est le premier livre écrit sur la culture Pamiri dans des langues accessibles aux personnes qui y vivent.

Le Gourmand Cookbook Awards est le prix le plus prestigieux et le plus important du calendrier culinaire.

Le « Village international de la gastronomie et des cuisines populaires » s’installe dans les jardins du Trocadéro du 21 au 24 mars

Le Village international de la gastronomie et des cuisines populaires devrait ouvrir les appétits et les curiosités. Dans les jardins du Trocadéro, une centaine de stands permettront aux visiteurs de faire connaissance avec des pays et des peuples en passant par la porte de la cuisine, par la découverte de leurs patrimoines culinaires,  en partageant plats et coutumes.

Une cinquantaine de pays participent cette année, dont l’Afghanistan, en présence de grands chefs venus des quatre coins du monde. Le Mali est l’invité d’honneur, et des ateliers autour de sa cuisine seront proposés du 22 au 24 mars. Chaque jour apportera ses événements, en commençant avec le dîner Goût de France « Autour de la Provence » le 21 mars, suivi de l’attribution du prix « Authentique » (le 22) au stand le plus représentatif de son pays.

Du 22 au 24 mars, les grands chefs français déclineront des recettes des pays présents, ou inviteront un gagnant à réaliser un plat avec eux ; une scène accueillera concerts et spectacles de danse, parades et défilés de costumes pour faire partager aux visiteurs les richesses de l’héritage culturel universel de chacun des pays représentés ; l’imagination des visiteurs sera sollicitée autour du prix de la fusion, qui récompensera le plat le plus atypique, comme un bourguignon à la Japonaise ou un riz Djolof façon Kabouli Palao.

Anne-Laure Descombin a créé ce village en 2016 pour la fête de la Gastronomie portée par Bercy,  avec le désir de rapprocher nos pays, nos cultures, autour de la gastronomie populaire.

Président Ghani : « Il n’y a pas de limite à ce que les femmes afghanes peuvent accomplir »

Le président Mohammad Ashraf Ghani, lors d’une cérémonie qui a eu lieu dimanche à l’occasion de la Journée internationale des droits des femmes intitulée « L’équilibre pour une vie meilleure » au palais Chahar Chenar, a estimé que la présence de femmes à des niveaux élevés dans le pays était sans précédent.

Ghani a précisé que le gouvernement d’unité nationale avait mis en œuvre un grand nombre de programmes visant à favoriser la participation des femmes à la société. « Aujourd’hui, les femmes afghanes participent aux discussions sur des questions nationales clés. Le gouvernement d’unité nationale est fier de fournir aux femmes l’occasion de jouer un rôle actif dans ces questions. » Le président a ajouté qu’une jeune fille pouvait désormais être législateur, sénateur ou magistrat et participer aux activités du pays, ajoutant qu’une femme qui travaillait était puissante et qu’une femme disposant d’un revenu pouvait défendre ses droits islamiques.

Le chef exécutif, Dr Abdullah Abdullah, a également défendu les engagements du gouvernement afghan pour renforcer la présence des femmes dans la société et a rappelé lui aussi que le gouvernement d’unité nationale avait lancé des programmes systématiques visant à soutenir les femmes du pays. « Nous et le gouvernement d’union nationale estimons être responsables de la mise en œuvre des aspirations du peuple afghan et des revendications des femmes du pays dans le cadre de la loi », a-t-il déclaré.

Le président Mohammed Ashraf Ghani a ajouté que le gouvernement fournirait aux femmes les bases nécessaires pour recevoir un enseignement technique doté d’un meilleur marché du travail.

Pour le président Ghani, le plus grand défi des femmes est la pauvreté et son éradication doit être un objectif national. « Les femmes vivront dans le dénuement à moins que nous ne travaillions à les libérer des chaînes de la pauvreté », a-t-il développé. « Nous sommes extrêmement fiers que les responsables de nos institutions électorales soient des femmes. Nos ambassadeurs dans notre plus grand pays partenaire (les Etats-Unis) et à l’ONU sont des femmes, et nous avons des femmes ministres et des juges ».

Le président Ghani a remercié les partenaires internationaux de l’Afghanistan pour la promotion des femmes en Afghanistan et a répété que les Afghans ne peuvent réaliser de grandes choses, telles que la paix, que lorsqu’ils sont unis. « Une paix durable est l’aspiration de la majorité du peuple afghan. La paix est un processus national, mais pas ethnique, politique ou racial. La paix appartient à tous les Afghans. La paix ne sera pas durable si une couche d’Afghans reste à l’écart du processus. »