Les Afghans pleurent Nicole Fontaine, femme courageuse et visionnaire

L’ambassade de la R.I. d’Afghanistan a eu la douleur d’apprendre le décès de madame Nicole Fontaine, survenu le 17 mai. Un dernier hommage lui a été rendu en l’église St Pierre de Neuilly sur Seine jeudi 24 mai, auquel se sont associés l’ambassadeur Sediqi et le fils du commandant Massoud, Ahmad Massoud, venu tout spécialement d’Afghanistan, ainsi qu’une délégation de l’ambassade.

Madame Fontaine occupe en effet une place toute particulière dans le cœur des Afghans. Elle avait offert en avril 2001 une tribune au commandant Massoud pour qu’il alerte la communauté internationale alors que les talibans faisaient régner en Afghanistan leur régime de terreur et de destruction.  Présidente du Parlement européen de 1999 à 2002, elle avait invité le commandant Massoud à rencontrer les députés européens. Nicole Fontaine tenait à témoigner de l’indignation des Européens face « aux atteintes répétées de la part des talibans contre les droits fondamentaux et la dignité de la personne humaine ». L’initiative de la présidente du Parlement européen avait aussi permis à ce grand combattant de la liberté de rencontrer le président de l’Assemblée nationale Raymond Forni et le ministre des Affaires étrangères Hubert Védrine.

Alors que peu de responsables politiques en Europe y prêtaient une réelle attention, la Présidente du Parlement européen s’est associée aux mises en garde du commandant Massoud face à la montée des groupuscules terroristes en Afghanistan. A la tête de l’Alliance du Nord, Ahmad Shah Massoud faisait figure en 2001 d’unique leader capable de résister aux talibans et d’unique espoir de reconstruire en Afghanistan un régime démocratique et capable de combattre le terrorisme. Le geste de Nicole Fontaine illustre la volonté qui était la sienne d’assurer à ce leader courageux la reconnaissance politique de la Communauté Internationale.

Au nom de l’interdiction de toute représentation humaine, les talibans venaient de détruire, en mars 2001, les statues de bouddhas géants à Bamyan, ce trésor de l’art vieux de quinze siècles. Cet acte fanatique avait enfin provoqué une prise de conscience de l’opinion publique internationale. Le commandant Massoud dénonçait à Strasbourg « l’existence d’un système politique qui, au nom d’un islam dévoyé, nie les droits les plus élémentaires à la personne humaine ».

Avec Nicole Fontaine il a exhorté la communauté internationale à faire pression sur le Pakistan, afin qu’il cesse « son soutien à ce régime qui, en raison de son fanatisme, est une menace pour la société internationale ». Avec l’appui du Pakistan, le régime taliban est en effet devenu le centre des réseaux d’Al-Qaïda et le lieu d’endoctrinement d’adolescents venus d’Europe et du Moyen-Orient afin de combattre contre l’Alliance du Nord de Massoud et de former des réseaux terroristes. Les événements qui suivirent la visite du commandant Massoud au Parlement européen donnent rétrospectivement encore plus de relief à cette rencontre exceptionnelle. Le 9 septembre 2001, Ahmad Shah Massoud était victime d’un attentat suicide par deux terroristes qui s’étaient fait passer pour des journalistes ; le 11 septembre 2001, des avions pilotés par des kamikazes d’Al-Qaïda faisaient exploser à New York les deux tours du World Trade Center.

Six mois auparavant, le commandant Massoud avait pourtant prévenu de la menace que représentaient Al-Qaïda et Ben Laden pour le monde libre et Nicole Fontaine lui avait permis de le faire.

Photo Parlement européen

De droite à gauche : madame Nicole Fontaine, Commandant Massoud, le vice-président Abdullah