Les 23 points de la déclaration de la Loya Jirga, « feuille de route » du gouvernement afghan

A l’issue des cinq jours de consultation (du 29 avril au 3 mai), la Loya Jirga a publié un communiqué en 23 points, que le président Ghani a salué lors de sa clôture,  et présenté comme le plan d’action et la feuille de route du gouvernement afghan, affirmant que toutes les recommandations de la déclaration seraient mises en œuvre. En signe de bonne volonté et en faveur de la paix, le président a annoncé la libération de 175 prisonniers talibans. Il a appelé les talibans à se préparer à des pourparlers de paix en Afghanistan.

Le premier point du communiqué souligne la détermination des Afghans à instaurer une paix durable dans le pays. Il appelle les talibans à écouter le peuple afghan, mettre un terme à la violence et aux effusions de sang et à participer au développement du pays, tout en adoptant, avec les religieux, une vision unifiée de l’Islam.

La Loya Jirga demande que la constitution afghane soit préservée même si des amendements peuvent y être apportés « par le biais des mécanismes légitimes requis ». Elle réaffirme que les droits fondamentaux de tous les Afghans, y compris les droits des femmes et leurs droits à l’éducation, doivent être préservés dans le processus de paix. Elle appelle le gouvernement afghan à préserver les acquis des deux dernières décennies et, en collaboration avec la communauté internationale, à établir un calendrier pour le retrait «responsable» des forces étrangères d’Afghanistan. A cet égard, les délégués à la Jirga de la paix a appelé les parties et les pays impliqués dans le processus de paix à préparer le terrain pour l’ouverture du bureau politique des talibans en Afghanistan et à préparer la libération des prisonniers, comme geste de bonne volonté et pour créer un climat de confiance. D’autre part, la communauté internationale et les pays de la région sont invités à coordonner leurs efforts de paix avec le gouvernement afghan et à le placer au centre de ces efforts. Le gouvernement afghan qui ne doit pas hésiter à porter plainte au Conseil de sécurité des Nations Unies, ajoute le communiqué, s’il constate une quelconque ingérence.

La déclaration appelle le gouvernement afghan à accélérer ses consultations avec des personnalités influentes du pays au sujet des efforts de paix et de l’ouverture de pourparlers directs avec les talibans et recommande que des réformes soient apportées à la structure, à la formation et aux activités du Haut Conseil de la paix. L’équipe de négociation, estime la Loya Jirga, devrait comprendre au moins cinquante membres, en particulier d’anciens dirigeants djihadistes, des érudits religieux, des femmes, des jeunes, des nomades et des représentants de différentes classes de la société.

Les délégués de la Jirga de la paix s’engagent à transmettre le message de la Jirga aux régions concernées et demandent au gouvernement afghan de les tenir au courant des consultations et de l’évolution des pourparlers de paix.

La mission des Nations Unies en Afghanistan a indiqué dans un tweet qu’elle soutenait l’appel de la Loya Jirga pour la paix et qu’elle s’engageait à aider les parties à mettre fin au conflit.