Le processus électoral est une responsabilité conjointe de toutes les parties prenantes, rappelle la Mission d’assistance des Nations Unies

Après la publication des résultats préliminaires de l’élection présidentielle, M. Tadamichi Yamamoto, Représentant spécial du Secrétaire général de l’ONU pour l’Afghanistan et chef de la Mission d’assistance des Nations Unies en Afghanistan (MANUA), a rencontré lundi 23 décembre la Commission des plaintes électorales de l’Afghanistan pour exprimer son soutien à la Commission dans sa ferme volonté de mener son travail dans la transparence, conformément aux lois, règles et règlements applicables, et d’assurer la crédibilité des résultats des élections afghanes.

Auparavant, dimanche 22 décembre, la MANUA avait publié la déclaration suivante :

« La Mission d’assistance des Nations Unies en Afghanistan (MANUA) se félicite de l’annonce des résultats préliminaires de l’élection présidentielle afghane et félicite les organes électoraux du pays – la Commission électorale indépendante (CEI) et la Commission indépendante des plaintes électorales (CIPE) – pour le travail qu’ils ont accompli avant cette annonce.

« Le 28 septembre 2019, les citoyens afghans ont bravé les menaces à la sécurité pour voter en faveur d’un avenir meilleur ; ces électeurs méritent d’être félicités pour avoir accompli leur devoir civique, a déclaré Tadamichi Yamamoto. Maintenant, toutes les autorités et tous les acteurs afghans doivent démontrer leur engagement à sauvegarder et à mener à bien l’élection, et à protéger l’intégrité de la dernière étape du processus ».

Yamamoto a ajouté : « Toute décision prise par les organes de gestion des élections au cours de la dernière étape du processus doit avoir des justifications juridiques et techniques claires et doit être expliquée au peuple afghan en termes clairs ».

L’ONU souligne l’importance d’un processus ordonné, mené avec un soin et une sensibilité particuliers, qui mène à l’annonce des résultats définitifs, et réaffirme que le processus électoral est une responsabilité conjointe de toutes les parties prenantes, y compris les organes d’administration des élections et les candidats, ainsi que les médias et la société civile.

« Tous les candidats ont la possibilité de faire part de leurs préoccupations éventuelles par le biais du mécanisme approprié et dans les délais prescrits, conformément aux cadres juridiques, règlements et procédures pertinents », a déclaré M. Yamamoto. « Dans le même temps, la CIPE a l’obligation de statuer sur toute plainte qu’elle reçoit de manière transparente et approfondie afin que le processus électoral puisse se conclure de manière crédible. »

Dans le cadre du mandat qui lui a été confié par le Conseil de sécurité, la MANUA fournit un appui aux autorités électorales afghanes et à leur travail. Conformément à son mandat de conseil auprès des autorités électorales, la MANUA maintient une stricte impartialité dans le respect de la loi électorale afghane et dans tous les efforts de lutte contre la fraude. La MANUA continuera d’appuyer les autorités électorales en leur fournissant des conseils impartiaux et spécialisés visant à favoriser un processus électoral transparent et crédible fondé sur la primauté du droit.