Relations économiques

Malgré un potentiel important, le commerce bilatéral franco-afghan demeure très faible en raison principalement des conditions de sécurité et d’un cadre législatif afghan encore incertain. Les exportations françaises à destination de l’Afghanistan ont atteint 45,7 millions d’euros en 2010. Elles ont enregistré une contraction de 10,5 % par rapport à 2009 en raison de la baisse des ventes de produits électroniques, informatiques et agricoles. Ces exportations ont à nouveau reculé en 2011 pour s’élever à 43,7 millions d’euros. Elles représentent moins de 2% des exportations françaises en Asie du Sud (même si de nombreuses marchandises françaises sont réexportées depuis le Pakistan ou Dubaï). Les importations, quant à elles, ont représenté en 2010 un volume financier très limité de 1,5 million d’euros.

Cependant, plusieurs entreprises françaises commencent à s’intéresser aux perspectives qu’offre l’Afghanistan dans les secteurs des mines (ressources considérables), des matières premières et énergétiques (raffinerie de pétrole), de la construction (ciment), de l’eau (réseaux d’adduction et d’assainissement particulièrement dans les zones urbaines), les infrastructures de transport ou encore l’agriculture et l’agroalimentaire.

Parmi les grands groupes français présents en Afghanistan peuvent être cités Airbus (2 avions de ligne et 2 cargos), Thales (réseau de télécommunication sécurisé de l’OTAN) et Sagem (équipement électronique de défense). On compte également quelques PME, comme par exemple Feljas Masson pour l’adduction d’eau à Kaboul.