L’Afghanistan devient membre de l’Union Internationale des Chemins de Fer

Pour la première fois, l’Afghanistan a participé, jeudi 12 décembre, à l’assemblée générale de l’UIC qui s’est tenue à Paris. L’adhésion de l’Afghanistan à cette organisation mondiale du transport ferroviaire, comprenant pas moins de 240 membres répartis sur cinq continents a été approuvée à l’unanimité. La délégation afghane amenée par S.E. Dr Assad Omer, ambassadeur d’Afghanistan à Paris, était composée notamment de Mr Yama Yaris, ingénieur et conseiller de l’Autorité des Chemins de Fer d’Afghanistan. Malgré les quelques dix mille kilomètres de routes asphaltées construites et les immenses progrès réalisés en matière de transport, il est indispensable de poursuivre la construction des chemins de fer afghans. Cette activité ferroviaire s’avère indispensable au développement économique du pays permettant des connections avec les pays de la région. L’ambassadeur Omer dans son allocution de remerciement a souligné que l’Afghanistan avait déjà dans les années 10 construit un court chemin de fer et c’est seulement dans les années 70 qu’une étude compréhensive a été entreprise en coopération avec la France. Les événements tragiques dont l’Afghanistan a été victime n’ont pas permis d’aller plus loin dans la mise en œuvre de l’étude. Les années 2000 ont vu la création d’une autorité et l’élaboration de projets ambitieux. Nous sommes déterminés à retrouver notre place dans la route de la soie reliant l’Extrême-Orient, l’Asie Centrale, l’Asie du Sud, le Moyen-Orient et l’Europe. L’UIC nous apportera une coopération précieuse. L’autorité des chemins de fer en tant que membre pourra bénéficier des expertises et de la formation dont a parlé le directeur général Mr Loubinoux.