La trève pour ‘Eid a rendu possible d’imaginer un pays en paix

Le président Ashraf Ghani a annoncé une prolongation du cessez-le feu de trois jours qui étaient observés à son initiative pour la fête de ‘Eid. Les talibans, malheureusement, n’ont pas accepté de proroger cette trève historique – la première depuis 2001. Pourtant, un pas important a été franchi. Liesse, fraternisation, les trois jours de cessez-le-feu ont donné lieu à des scènes inédites et laissé, d’après de nombreux témoignages, un goût de paix dans le cœur des talibans qui ont retrouvé leur famille, leurs frères, leurs sœurs, leurs voisins. Les médias se sont remplis de photos et de vidéos montrant des Afghans en uniforme ou coiffés de turbans noirs fraternisant les uns avec les autres et avec les civils.

Les témoignages ne manquent pas qui décrivent combattants et officiels prenant des selfies ensemble, talibans et forces nationales de sécurité s’embrassant, taliban tendant une rose à des soldats de l’armée afghane… le ministre de l’Intérieur Wais Barmak  a arrêté sa voiture pour accueillir et féliciter des talibans qui entraient dans Kaboul. De tels événements se sont produits à Helmand, Kandahar, Zabul, Uruzgan, Farah, Ghazni, Paktia, Paktika, Logar, Wardak, Kabul, Laghman, Nangarhar, Kunduz, Takhar, Baghlan, Faryab and Badghis.

La fin du ramadan a aussi coïncidé avec l’arrivée dans la capitale des Marcheurs pour la paix d’Helmand. Leur cheminement, 700 km par une température de 40°, sans boire mais supportés par de nombreux villageois tout au long du périple, aura aussi galvanisé les sentiments pro-paix de la population. Cette marche a montré que « les Afghans ont soif de paix », ont affirmé les marcheurs.

Après une telle fraternisation, il sera sans doute plus difficile pour les combattants afghans de se tirer les uns sur les autres. Le journal britannique « The Guardian » cite un jeune combattant taliban, Muhammadullah : « Je suis allé en ville et les mosquées étaient pleines, je n’ai rien remarqué qui aille à l’encontre des lois islamiques. Après la douceur de ces trois jours de paix, le retour au carnage paraît étrange. Comment seulement comparer la paix et la guerre ? ».

Un chef taliban a déclaré que le commandement, reconnaissant la pression en faveur de la paix dans les rangs des insurgés, étudiait l’éventualité d’un nouveau cessez-le-feu de dix jours pour la prochaine fête de ‘Eid, en septembre prochain.