La distribution des terres aux rapatriés afghans va commencer

Le Ministère des réfugiés et des rapatriés (MoRR) a informé de la répartition des terres à un certain nombre de ceux qui sont revenus de pays voisins. Selon le ministère des réfugiés et des rapatriés, la mise en œuvre du décret relatif à la distribution des terres aux rapatriés (305ème décret de la présidence) permet de déterminer que les terres seront distribuées aux rapatriés éligibles. Ce nouveau décret remplace le précédent (104ème).
« Deux comités ont été formés pour spécifier l’emplacement des terres et identifier les rapatriés éligibles », a déclaré le porte-parole adjoint du MoRR, M. Mohammad Raza Bahir, ajoutant que les responsabilités des comités étaient finalisées et seront bientôt approuvées par le président Ashraf Ghani. « A partir de maintenant, le processus de distribution des terres sera accéléré et seuls les rapatriés éligibles, et non tous les rapatriés, se verront attribuer des terres résidentielles sur la base du 305ème décret présidentiel », a ajouté M. Bahir.
Les commissions créées pour la distribution des terres aux rapatriés travailleront en consultation avec les autorités et les conseils locaux du pays afin de maintenir la transparence dans la distribution des terres aux rapatriés éligibles.
Le législateur Mir Bat Khan Mangal a précisé que « La répartition des terres entre les rapatriés devra être transparente. Les deux comités devront d’abord rechercher la vision des gouverneurs, des conseils provinciaux et des populations locales, puis approuver l’admissibilité des rapatriés aux terres ».
Un porte-parole adjoint du ministère a déclaré que de 2015 à 2017, des terres ont été distribuées à 8 000 rapatriés munis de documents.  Aucune terre n’a été distribuée au cours de l’année 2018 en raison de la modification du décret présidentiel.
Selon des statistiques officielles, près de huit millions de réfugiés afghans sont rentrés chez eux depuis divers pays étrangers, notamment le Pakistan et l’Iran, au cours des 17 dernières années, mais six millions d’Afghans vivraient encore en tant que réfugiés dans différents pays du monde.