Archives de catégorie : Uncategorized

Journées européennes du Patrimoine dimanche 16 septembre

Sur le thème du partage : dessins d’enfants, peintures et photos des monuments afghans, artisanat et design à l’ambassade

Le fil du partage, thème 2018 des JEDP, sera tissé à l’ambassade d’Afghanistan en France par des mains d’enfants, d’artistes plasticiens, photographes, vidéastes, créateurs et artisans.

Des écoliers de Paul Bert à Malakoff et ceux de Istêqlal à Tcharikar ont partagé leurs dessins, grâce à l’association Afrane (Amitié franco-afghane), dont l’activité essentielle est la scolarisation des jeunes Afghans. Le thème du partage a pareillement été « imposé » aux enfants hospitalisés à Kaboul aux bons soins de La Chaîne de l’Espoir. C’est à elle que l’on doit l’Institut médical français pour l’enfant et le pôle mère-enfant de Kaboul.  Les œuvres de ces jeunes artistes, écoliers ou hospitalisés, seront exposées dans les salons de l’Ambassade.

Bijoux traditionnels ou actuels, tapis, le partage c’est aussi celui des traditions artisanales à découvrir et des entreprises sociales à soutenir. Outre le travail des artisans, le thème du partage sera aussi décliné par deux invités de marque, Zarif Design et Azezana. La société de Zolaykha Sherzad, créatrice de Zarif Design dont l’atelier social est basé à Kaboul, remet au goût du jour les traditions de tissage et de confection et assure la formation de femmes seules et déplacées dans la banlieue de Kaboul. Tailleurs, couturières, brodeuses, travaillent étoffes, laines des montagnes, peaux de l’agneau du pays de Caracul, vestes, manteaux ou gilets « Poustine » des années 70. Un film sur la formation et le travail dans les ateliers Zarif de Kaboul sera projeté.

La couleur sociale est la même pour Azezana (contraction de « Arzoe Zane Afghan, L’espoir des femmes afghanes ») dont les foulards et écharpes sont tous des pièces uniques, en soie, tissées à la main. L’initiatrice du projet Azezana, Shaima Breshna, choisit les motifs ainsi que le choix des combinaisons de couleurs et du design : soyeuses nuances dans l’uni, rayures colorées ou encore accents discrets de couleur. Les différents motifs sont réalisés par 17 femmes et stagiaires en partant des fibres de soie teintes par elles-mêmes en partie à partir de plantes.

Un événement exceptionnel aura lieu à 11 heures et à 14 heures. La passerelle de verre de l’ambassade sera le théâtre de renaissance éphémère des œuvres détruites de la vallée de Bamiyan – où s’élevaient les bouddhas géants détruits par les talibans en 2001. L’artiste Patrick Pleutin va dessiner en direct, sur les vitres du jardin d’hiver de l’ambassade, ce que le temps et les destructions ont effacé dans les grottes de la vallée. La jeune musicienne Donna Nassery accompagnera la performance de dessin au Robâb. Patrick Pleutin projettera aussi son film « Les fantômes de Bamiyan ».

Parallèlement à l’histoire du 32 avenue Raphaël de son architecture de style « éclectique » – le bâtiment fut construit en 1864 et acheté en 1938 par le gouvernement royal d’Afghanistan –– l’ambassade partagera avec ses visiteurs les richesses archéologiques de l’Afghanistan dans une exposition de photographies de sites et monuments (parfois en cours de réhabilitation) et grâce aux peintures de Sarah Mostamandi.

پیام تبریکی سفارت ج.ا.ا. در فرانسه به مناسبت نود و نهمین سالروز استرداد استقلال

سفارت ج.ا.ا. در فرانسه و نمایندگی دایمی ج.ا.ا. در یونسکو و آیسیسکو سالروز استرداد استقلال کشور را به کافه ملت متدین، آزاده، مترقی، شهید پرور و با عزت افغانستان تبریک گفته، از بارگاه ایزد منان برای وطن عزیز مان صلح و ثبات دایمی و به هم میهنان گرامی سعادت، رفاه، و کامیابی آرزو مینماید

آگاهی

(Assomption) سفارت جمهوری اسلامی افغانستان در فرانسه به مناسبت 

 –رخصتی رسمی در فرانسه–  

چهارشنبه مورخ 24 اسد 1397 (مطابق 15 اگست 2018) تعطیل می‌باشد،

.مراجعین محترم مطلع باشند

A l’occasion d` Assomption (jour férié en France), l’Ambassade (y compris son Service consulaire) sera fermée au public, le Mercredi 15 Aout 2018.

Les Afghans de Strasbourg agissent au cœur de l’Alsace

L’Association culturelle des Afghans de Strasbourg (Acas) a fêté ses vingt ans, dimanche 17 juin, en présence de Monsieur l’Ambassadeur. Vingt ans d’activités culturelles, sportives, de festivités et surtout d’accueil et de renforcement de la cohésion sociale.

Démarches, accompagnements, interprétariat, soutien psychologique, rencontres entre arrivants et anciens… l’ambassadeur a salué le lien entre réfugiés afghans et organismes sociaux d’Alsace : « Au-delà de la célébration de la littérature et de la poésie, vous avez ouvert votre association à d’autres richesses, l’entraide, le partage des valeurs humanistes, la perpétuation des traditions afghanes, l’insertion sociale, professionnelle, humanitaire ».

L’Alsace, où vivent aujourd’hui environ 2000 Afghans, est la terre d’accueil d’une des plus anciennes communautés du continent européen. Si elle entretient des relations privilégiées avec la culture afghane, c’est en grande partie grâce à l’action dynamique de l’Acas, qui organise depuis 20 ans plus de deux événements par mois.  « Vous êtes un pont pour nos jeunes exilés, a ajouté Monsieur l’Ambassadeur, un pont entre le pays qu’ils ont quitté et ce nouveau pays qui les désoriente souvent beaucoup. Je sais que vous accompagnez non seulement les mineurs isolés mais de manière plus générale les Afghans exilés, qui ont besoin d’interprètes, d’assistance dans leurs démarches administratives et aussi de soutien psychologique et tout simplement, de chaleur humaine. »

Au fil des ans, les rencontres et les partenariats se sont multipliés entre l’Acas et les Alsaciens, comme pour la fête de Nawroz, célébrée avec le Centre Socio-Culturel « L’Escale », ou encore pour la journée des cerfs-volants, qui a lieu chaque année le jour de l’Indépendance. Ce rendez-vous est considérablement apprécié par le public français. Pendant des années, les participants de tous âges se sont retrouvés avec leur pique-nique dans la vallée de Schirmeck… Depuis deux ans, la fête des cerfs-volants s’est déplacée à Pfaffenhoffen où la Ferme des Carrières accueille l’événement et dont les médias régionaux et locaux rapportent les grands moments.

L’esprit des premiers jours de l’association est toujours vivant. C’est en effet autour de la littérature et de la poésie afghanes que s’étaient retrouvés au printemps 1998 un groupe des jeunes Afghans pour organiser une rencontre poétique, devenue la base de la fondation de l’Acas. Un nombre considérable de poètes et d’écrivains qui faisaient partie de la diaspora afghane en Europe avaient participé à l’événement. Aujourd’hui, la culture est toujours au centre de la vie de l’association, au cœur de l’Alsace, mais l’Acas n’a pas oublié le cœur de l’Asie et ceux qui y vivent. Ses adhérents travaillent avec Madera qui aide au développement rural en Afghanistan et le comité Alsace d’Afrane avec qui ils construisent des bâtiments scolaires dans la région d’Hérat.

Photos Acas

l’ambassadeur avec M. Zaher, président de l’Acas.

Dernières Nouvelles d’Alsace, édition du 19 juin 2018

پیام سفیر ج.ا.افغانستان در فرانسه به مناسبت فرا رسیدن ماه مبارک رمضان

هم ميهنان عزيز، دوستان گرانقدر، خواهران و برادران گرامي،
فرا رسيدن ماه مبارك رمضان را خدمت شما و نزديكان تان تبريك عرض نموده از صميم قلب برايتان أوقات پر بركت، مملو از سعادت تقوا،  لذت عبادت، حلاوت نماز، طراوت سحري، خوشوقتي افطار، رحمت تلاوت و سرور ختم كلام الله آرزو دارم.
اميدوارم ارزشهاي رمضان خصوصاً استقامت و پايمردي در آزمايش و تجربه صبر پربار، سخاوت و ايثار، شفقت با همنوعان، دلجويي از مستمندان، شكران نعمتهاي زندگي، خوشي يكجا بودن به تمام معني در زندگي همه جلوه گر باشد.
انشاالله از يُمن اين ماه پر فيض، همه توفيق يابيم تا بخاطر رضاي پروردگار، از نزول قرآن عظيم الشأن به وجه أحسن تجليل نماييم تا نعمت آمرزش نصيب ما گردد و دعاهاي هموطنان متدين و صلحدوست ما براي تزكيه نفسها، التيام دردها، همدلي، اتفاق و وحدت، خير، صلح، آرامي و شگوفايي كشور عزيز مان و خصوصاً نجات از شر دشمنان انسانيت و  ثبات در افغانستان  و نيايش  براي كاميابي أمت إسلامي و در مجموع سعادت همه مخلوق خالق رحمان مستجاب درگاه بي نيازي آن حق تعالي گردد.
با احترام،
عبدالاله صديقي
سفير ج.ا.ا. در فرانسه و نماينده دائمي در يونسكو و آيسيسكو

Rencontre à l’Ambassade avec les étudiants de l’Université américaine

Une trentaine d’étudiants de L’Université américaine de Paris (AUP), avec leur professeur Monsieur Steven Ekovitch, ont été reçus à l’Ambassade le 11 avril dernier pour une discussion autour de l’actualité de l’Afghanistan, du jeu de la diplomatie et du travail d’une ambassade.L’Ambassadeur Sediqi a rappelé brièvement l’histoire du pays, retracé les progrès récents du processus de paix, évoqué l’augmentation importante du nombre de jeunes et les espoirs de la population pour l’avenir. L’Ambassadeur a insisté sur l’intérêt que représente l’offre de paix faite par le gouvernement aux talibans : c’est pour eux la meilleure option. L’accord de paix leur permettra de former un parti politique et de défendre leurs points de vue dans le cadre d’un processus civil et pacifique.
Les étudiants se sont montrés curieux de connaître les grandes lignes de la politique étrangère de l’Afghanistan et la position du pays sur les enjeux régionaux. L’histoire de ce que l’on appelle communément le « Great Game » (le Grand Jeu) entre la Russie et la Grande Bretagne, pendant lequel l’Afghanistan a été un enjeu territorial important, a elle aussi suscité beaucoup de questions.

L’Ambassadeur a insisté sur l’importance de l’évolution de la politique étrangère de l’Afghanistan et les progrès réalisés dans ses relations avec les pays de la Région. Il a rappelé le caractère géopolitique de la guerre « imposée de l’extérieur » à l’Afghanistan, depuis l’invasion soviétique jusqu’à l’arrivée de Daech, en passant par les talibans. La reconnaissance de cette réalité par les grands alliés – dont les Américains – est un succès, une réalisation encourageante pour la diplomatie afghane. Sur le sujet du processus de paix, c’est la question du statut des femmes qui interroge le plus les étudiants. Madame Amina Zia Massoud, Troisième secrétaire, a confirmé que les droits gagnés par les femmes depuis 17 ans n’étaient pas négociables et constituaient une ligne rouge. Talibans et gouvernement de l’Afghanistan doivent proposer un compromis acceptable par la nation entière, y compris par les femmes.

Photos Zmar Sharefi