LE CONSEIL DE SECURITE DE L’ONU CONSDAMNE D’OFFENSIVE DES TALIBANS

Christoph Heugen, président (allemand) du Conseil de sécurité de l’ONU, a publié ce communiqué :

Les membres du Conseil de sécurité ont condamné l’annonce par les Taliban d’une offensive de printemps, qui ne fera qu’engendrer davantage de souffrances et de destructions inutiles pour le peuple afghan.

Les membres du Conseil de sécurité ont reconnu le fort désir du peuple afghan de parvenir à une paix durable en Afghanistan. Ils ont souligné que les appels à plus de combats ne feraient pas avancer l’objectif d’une paix durable.

Les membres du Conseil de sécurité ont appelé toutes les parties au conflit à saisir l’occasion d’engager un dialogue et des négociations intra-afghans inclusifs débouchant sur un règlement politique.

Les membres du Conseil de sécurité ont réitéré l’importance d’un processus de paix ouvert à tous dirigé par les Afghans pour la prospérité et la stabilité à long terme de l’Afghanistan et ont exprimé leur soutien total aux efforts déployés par le Gouvernement afghan à cette fin.

Les membres du Conseil de sécurité ont réaffirmé que, conformément au mandat du Conseil de sécurité, la Mission d’assistance des Nations Unies en Afghanistan (MANUA) et le Représentant spécial du Secrétaire général étaient prêts à offrir leurs bons offices pour appuyer les efforts dirigés par les Afghans dans le cadre d’un processus de paix contrôlé et dirigé par le gouvernement afghan et en complète concertation avec lui.

La liste des participants à la réunion de Doha est finalisée

Cent cinquante personnes, dont quarante femmes, participeront à la réunion sur la paix en Afghanistan qui doit se tenir au Qatar 19 au 21 avril. Soixante-quinze participants seront des représentants du gouvernement, les soixante-quinze autres des politiciens et des représentants de la société civile.

Des sources proches des talibans ont confirmé que le groupe assisterait à la réunion, ajoutant qu’environ vingt-cinq représentants des talibans, y compris des membres de l’équipe de négociation, avaient été choisis pour y participer.

Pour la première fois, des femmes rejoindront la délégation taliban dans les pourparlers de paix en Afghanistan, selon The Guardian.

« Il y aura des femmes parmi les membres de la délégation taliban à la réunion de Doha, au Qatar », a déclaré lundi le principal porte-parole des talibans, M. Zabihullah Mujahid. « Ces femmes n’ont aucun lien familial avec les membres les plus âgés des Taliban, a-t-il ajouté, ce sont des Afghans normaux, à l’intérieur et à l’extérieur du pays, qui ont été des partisans et une partie de la lutte de l’émirat islamique. »

Bien que l’Afghanistan reste un pays profondément conservateur, en particulier dans les zones rurales, des progrès importants ont été accomplis dans le domaine des droits des femmes. Beaucoup de femmes craignent que, si le groupe reprend du pouvoir, nombre de ces avancées soient perdues.

Toutefois, les porte-parole des talibans ont déclaré que le groupe avait changé et encourageait l’éducation des filles et les autres droits des femmes au sein d’un système islamique basé sur la charia.

Des groupes de la société civile, le gouvernement soutenu par l’Occident et les partenaires internationaux de l’Afghanistan ont fait pression pour que les femmes participent aux discussions et les nouvelles de la délégation des Taliban ont été accueillies avec satisfaction.

Jeanne Shaheen, membre du Comité des forces armées du Sénat américain, qui a demandé que les femmes jouent un rôle dans les pourparlers de paix, a déclaré qu’une telle inclusion serait vitale pour le futur soutien international à l’Afghanistan.

« Nous avons certains leviers qui intéressent les talibans », a-t-elle déclaré à des journalistes à Kaboul, où elle s’était rendue dans le cadre d’une délégation du Congrès.  « Il y aura un intérêt pour le soutien économique après la fin du conflit. Il serait dans l’intérêt des talibans de reconnaître l’importance d’inclure les femmes et les droits humains dans le cadre de tout règlement à venir ».

Le président Ghani se félicite de la position de l’Union Européenne sur la paix en Afghanistan

le président Mohammad Ashraf Ghani a salué l’adoption de la conclusion du Conseil européen sur le processus de paix afghan. Lundi 8 avril, le Conseil de l’Union européenne a en effet réaffirmé son engagement politique et son soutien à long terme au peuple afghan sur la voie de la paix, de la sécurité et de la prospérité, et a invité toutes les parties au conflit, y compris le gouvernement afghan et les talibans, à s’engager dès que possible dans des pourparlers intra-afghans. Pour M. Ghani, la déclaration de l’UE est importante pour la réalisation d’une paix durable et la fin de la guerre en Afghanistan et elle réaffirme la nécessité d’un processus contrôlé et dirigé par le gouvernement afghan.

L’UE a décidé de soutenir l’Afghanistan dans les domaines suivants du rétablissement de la paix:

  • aider à rendre le processus de paix inclusif;
  • assister le gouvernement afghan dans ses réformes, notamment dans le secteur de la sécurité;
  • agir en tant que garant du processus de paix, si les parties en font la demande;
  • aider à la réintégration des combattants et de leurs familles et
  • promouvoir la connectivité régionale et le commerce

La conclusion du Conseil de l’Union européenne sur le processus de paix également a été saluée par le ministère des Affaires étrangères. M. le ministre Rabbani se félicite de l’engagement et du soutien à long terme du Conseil de l’UE, qui inclut la protection des avancées des dernières années. L’Afghanistan considère les conclusions du Conseil comme une étape importante pour la défense des valeurs du peuple afghan sur le chemin de la paix, de la sécurité et de la prospérité dans le pays.

La chaleur était dans les cœurs pour la fête de Nawroz à l’ambassade

Jeudi 4 avril, l’ambassade a fêté Nawroz, le printemps et la nouvelle année. La soirée a été chaleureuse, malgré un petit vent frisquet et un soleil encore timide. Environ 250 invités ont honoré l’invitation de M. l’ambassadeur et apprécié de se retrouver en dégustant les plats afghans et en se régalant de musique. Tulipes et Haftmewa, la tradition afghane était au coeur de Paris.

le directeur général adjoint de l’UNESCO a souligné dans le discours dont il a honoré l’assemblée l’importance de la culture pour rassembler, et retracé l’historique de Nawroz (inscrit au patrimoine immatériel de l’humanité).

l’ambassadeur a rappelé que 2019 porte beaucoup d’espoirs et de défis.

Année d’élection présidentielle, année de réconciliation, année où le « Kaboul Peace Process » sera déterminant, 2019 sera aussi une année où l’économie de l’Afghanistan et des pays de la Région se développera et s’épanouira grâce à la « Route du Lapis lazuli », au Corridor Chabahar qui ouvre la voie aux convois entre l’Afghanistan et l’Inde, et grâce aux nouvelles connexions aériennes.

Sediqi a évoqué la rencontre à Samarkand des ministres des Affaires étrangères afghans, indiens, ouzbeks, turkmènes, tadjiks, kazakhs et kirghizes, qui ont souligné l’importance de la centralité de l’Afghanistan en tant que pont terrestre pour la coopération et la connectivité économiques régionales. M. l’ambassadeur s’est félicité que les ministres aient exprimé l’implication des pays d’Asie centrale et de l’Inde en faveur de la paix, de la sécurité et de la stabilité en Afghanistan. Et surtout qu’ils se soient engagés à promouvoir un processus de paix inclusif, dirigé et contrôlé par les Afghans et à aider à la reconstruction économique de l’Afghanistan par la mise en œuvre de projets communs d’infrastructures, de transit et de transport, d’énergie et d’investissement.

 

Economie, coopération et connectivité de la Région : les avancées et les projets

Au premier trimestre de 2019, des progrès considérables ont été accomplis dans la mise en œuvre et la diversification des voies de transit. Après le premier envoi en provenance d’Afghanistan via la  « Route du Lapis-Lazuli », qui a atteint Istanbul en décembre dernier, les camions afghans sont rentrés chez eux le 18 février avec divers articles (médicaments, panneaux solaires et pétrole) en provenance de la Turquie. Le 24 février, la cérémonie d’inauguration du premier envoi d’Afghanistan vers l’Inde via le corridor Chabahar a eu lieu à Zaranj en présence du président M. Mohammad Ashraf Ghani, de hauts responsables et de la communauté diplomatique. Ce premier envoi d’Afghanistan vers l’Inde aidera les parties contractantes à identifier les possibilités de coopération ainsi que les domaines nécessitant de nouvelles améliorations, tant en termes d’infrastructures souples que matérielles. Enfin, dans quelques semaines, le premier convoi de marchandises afghanes vers la Chine par chemin de fer marquera une autre étape importante vers la diversification des voies de transit dans notre vaste région.

Le premier dialogue ministériel Inde – Asie centrale – Afghanistan, co-organisé par la République de l’Inde et la République d’Ouzbékistan s’était tenu les 12 et 13 janvier à Samarkand (Ouzbékistan) avec la participation des ministres des Affaires étrangères d’Afghanistan, d’Inde, d’Ouzbékistan, du Turkménistan, du Tadjikistan, du Kazakhstan et du Kirghizistan. Les ministres ont salué la participation de l’Afghanistan et l’importance de la centralité de l’Afghanistan en tant que pont terrestre pour la coopération et la connectivité économiques régionales. Ils ont exprimé l’implication des pays d’Asie centrale et de l’Inde en faveur de la paix, de la sécurité et de la stabilité en Afghanistan, se sont engagés à promouvoir un processus de paix inclusif dirigé et contrôlé par les Afghans et à aider à la reconstruction économique de l’Afghanistan par la mise en œuvre de projets communs d’infrastructures, de transit et de transport, d’énergie et d’investissement.

A Samarkand, le ministre des Affaires étrangères afghan, M. Rabbani, a évoqué la vision de l’Afghanistan en matière de coopération régionale et le rôle que l’Afghanistan joue déjà pour libérer les énormes opportunités économiques qui existent dans la région, notamment en fournissant certains des itinéraires de commerce et de transit les plus rentables entre l’Asie centrale et l’Asie du Sud. M. Rabbani a remercié le gouvernement de la République d’Ouzbékistan qui accueillera la 8ème Conférence de coopération régionale sur l’Afghanistan (RECCA VIII) dans la seconde moitié de 2019 à Tachkent (Ouzbékistan).

RECCA VIII sera une excellente occasion de faire le point sur les progrès accomplis depuis la tenue de RECCA VII les 14 et 15 novembre 2017 à Ashgabat au Turkménistan, pour donner la priorité aux projets de coopération et d’investissement régionaux, identifier les réussites et les défis et établir un consensus autour de nouveaux projets et initiatives dans le cadre du RECCA.

Autre événement important, le Centre de recherche et d’évaluation du RECCA – le CRRE – a été inauguré le 3 février dernier lors de la première réunion de coordination des ambassadeurs du RECCA pour 2019, qui s’est tenue au ministère des Affaires étrangères avec la participation de M. Salahuddin Rabbani, ministre des Affaires étrangères, de hauts responsables du gouvernement afghan, de chefs de missions diplomatiques à Kaboul ainsi que des représentants des principaux centres de recherche et universités basés en Afghanistan. La mission principale du CRRE est d’améliorer la capacité de recherche et la collaboration, ainsi que de contribuer à l’élaboration de politiques et à la promotion des investissements dans la région RECCA au sens large.

D’autre part, le dialogue universitaire sur la « Route du lapis-lazuli » a été organisé par l’Université de Kaboul en collaboration avec le bureau administratif du président, les 25 et 26 février 2019 à Kaboul.  Le séminaire comprenait la présentation de travaux universitaires et des tables rondes sur divers aspects de la « Route du Lapis Lazuli », notamment son impact sur le développement économique, le commerce et la connectivité dans la région élargie.
M. Hassan Soroosh, directeur général de la coopération économique au MoFA, a informé les participants des efforts en cours pour la mise en œuvre de l’Accord relatif à la route du Lapis Lazuli et de son impact général sur le développement économique des parties contractantes ainsi que de ses conséquences pour le commerce et le transit dans la région eurasienne au sens large.